Le Projet HECAM

Le Carcinome HepatoCellullaire (CHC)

Le carcinome hépatocellulaire (CHC), ou hépatocarcinome, est la forme de cancer primitif du foie la plus fréquente, comptant pour plus de 91% de l’ensemble de ces cancers. Sa prévalence le place respectivement chez l’homme et la femme au 5ème et 7ème rang des cancers les plus répandus dans le monde entier. En 2011, l'incidence annuelle mondiale se situait autour de 750 000 nouveaux cas apr an dont, selon Datamonitor, environ 89 100 nouveaux cas sur les 7 principaux marchés pharmaceutiques (USA, France, Allemagne, Italie, Espagne, UK, et Japon).

En France, 7000 à 8000 nouveaux cas sont diagnostiqués chaque année. Il a été estimé que, sur la période 2010 - 2020, la progression du nombre annuel de CHC diagnostiqué est de 3%. L’incidence va probablement continuer d’augmenter en raison de l’émergence notamment de l’obésité et du syndrome métabolique.

Le CHC se développe presque toujours sur une maladie hépatique préexistante et, exceptionnellement, sur un foie sain : il s’agit d’une cirrhose dans plus de 90 % des cas et plus rarement une hépatopathie chronique non cirrhotique. L’étiologie de la cirrhose (et donc du CHC) se compose des infections virales (hépatite B ou C chronique), des maladies métaboliques (obésité, diabète), ou liées aux carcinogènes alimentaires en Asie du Sud-Est et en Afrique Subsaharienne, de l’alcool et des hémochromatoses.

Il est à noter dans les pays en développement une forte évolution de l’incidence de la maladie ces vingt dernières années en raison de la progression des infections virales par les virus de l’hépatite B ou de l'hépatite C. Au contraire, en Europe et Amérique du Nord, la progression a été principalement impactée par la forte augmentation des maladies métaboliques (stéatopathie non alcoolique) qui pourraient constituer demain la principale étiologie du CHC.

Malgré sa forte progression, la prise en charge médicale du CHC présente de nombreux besoins médicaux encore à satisfaire depuis sa détection précoce, son diagnostic et jusqu’à son traitement :

  • Le CHC étant asymptomatique dans sa phase initiale, une grande majorité (70% des patients environ) est diagnostiquée1 tardivement à un état intermédiaire ou avancé de la maladie les rendant inéligibles aux traitements curatifs : la résection chirurgicale, l’ablation (par exemple l’approche par radiofréquence) ou la transplantation, approches qui offrent une survie globale comprise entre 60 et 75% à 5 ans ;
  • Les traitements endovasculaires comme la chimio-embolisation sélective, qui s’adresse aux patients dont la tumeur n’est pas résécable, offre un gain de survie limité à 2 ans comparativement au traitement compassionnel ;
  • Les chimiothérapies traditionnelles (doxorubicine, paclitaxel, capécitabine, gemcitabine…), administrées en monothérapie ou en bithérapie, présentent un taux de patients répondeurs de 26% sans amélioration de la survie globale pour les patients à un stade avancé (de 2,8 à 12 mois), ;
  • Nexavar® (sorafénib, Bayer), un inhibiteur de protéines-kinases ayant obtenu l’autorisation de mise sur le marché en 2006, est le seul traitement approuvé dans la prise en charge du CHC avancé. Il offre un gain de survie de 1,5 mois sans rechute et une survie globale prolongée de 2,3 mois.

Le projet HECAM

L’ambition du Consortium HECAM est de collaborer au développement de nouveaux outils de dépistage, diagnostic et traitement du carcinome hépatocellulaire (CHC), cancer primitif du foie. Le projet HECAM est conduit par GE Healthcare, en partenariat avec 8 autres industriels : Guerbet, à l’initiative du projet, Biopredictive, BioSIMS, CarThera, EDAP-TMS, Fluoptics, Integragen et Intrasense, ainsi que 3 institutions cliniques et de recherche : l’AP-HP (hôpitaux Beaujon, Jean Verdier, Henri Mondor et Paul Brousse), Gustave Roussy Cancer Campus, et l’INSERM (UMR : U674, U773, U785, U970 et U1032).

Le projet, d’un budget de 34M€ a été retenu à l’appel à projets structurants pour la compétitivité (PSPC) dans le cadre du programme d’investissement d’avenir (PIA) et financé à hauteur de 18M€ par Bpifrance. D’une durée de 5 ans, le projet est structuré en 3 lots de travaux :

  1. Suivi de la population à risque ;
  2. Diagnostic et suivi de réponse thérapeutique ;
  3. Thérapies ciblées.

Le but est d’associer les compétences, le savoir faire, l’expérience et les équipements des industriels et des académiques du secteur afin de considérer le CHC dans sa globalité (détection, caractérisation et traitement) dans le but d’améliorer la prise en charge des patients à risques ou atteints à chaque stade de la maladie.

La mise sur le marché de nouvelles solutions est envisagée à un horizon de 3 à 7 ans :

  • Scores de risque et biomarqueur de prédisposition ;
  • Biomarqueurs précoce ;
  • Outils de caractérisation multiparamétrique en imagerie ;
  • Agents et technologies de thérapie ciblée ;
  • Imagerie de guidage du geste thérapeutique.

Actualités

Radiologie interventionnelle : Guerbet partenaire du projet HECAM

Le projet HECAM est un Projet de recherche et développem ...

Fluoptics retenu dans le cadre du Projet HECAM pour le traitement des cancers du foie

La société Fluoptics, spécialisée dans l'imagerie de ...

Offres d'emplois

Pas d'offre d'emploi disponible.

Partenaires

Inserm
Assistance Publique
Carthera
GE
Fluoptics
EDAP TMS
Integragen
Bio Predictive
Guerbet
Intrasense
Gustave Roussy